DSpace Repository

LES GLISSEMENTS DE SENS ENTRE COGNITION ET ÉNONCIATION EN MILIEU ESTUDIANTIN APPROCHE PRAGMATICO-COGNITIVE

Show simple item record

dc.contributor.author BENDREF, Laïla
dc.date.accessioned 2019-09-17T10:12:08Z
dc.date.available 2019-09-17T10:12:08Z
dc.date.issued 2019-03-21
dc.identifier.uri http://e-biblio.univ-mosta.dz/handle/123456789/12260
dc.description.abstract RÉSUMÉ Notre projet de recherche intitulé "LES GLISSEMENTS DE SENS ENTRE COGNITION ET ÉNONCIATION EN MILIEU ESTUDIANTIN" est une étude à la fois pragmatique et cognitive, soumise à la description et l’analyse d’un fait du langage par rapport à un fait de langue. Le corpus collecté est caractérisé par un mélange hybride des emprunts notamment au français au sein des pratiques langagières des jeunes étudiants algériens de la ville de Relizane en dehors du milieu d’enseignement. À partir de cet objet, le thème central de cette étude tourne autour du phénomène des glissements de sens. Ce qui est visé s’accentue sur la description et l’analyse du sens en usage par rapport au sens en langue. Nous avons essayé de répondre aux questions suivantes : Comment le sens en usage se construit-il ? Quels sont les processus d’influences responsables à la genèse du sens en emploi ? Et quel est le rapport du sujet parlant à la norme ? Au préalable, ce projet a supposé d’affronter la variation sémantique à la pluralité contextuelle. L’ouvrage est organisé en trois parties : Du point de vue théorique, notre projet se situe au croisement de deux principales approches : pragmatique et cognitive. Nous avons essayé de jeter un pont entre l’immobilité de la langue et la variation du langage. Dans ce cadre, les perspectives adoptées sont la neurolinguistique, la sémantique cognitive et le contexte linguistique et extralinguistique. Du point de vue méthodologique, quatre-vingt (80) sujets enquêtés sont concernés par cette étude et trois techniques d’enquête ont été utilisées : Il s’agit de l’observation, de l’enregistrement et d’un questionnaire. Ces moyens nous ont permis de réunir deux cents quatre-vingt-dix-sept (297) mots et expressions constituant le matériau linguistique de notre étude. Du point de vue interprétatif, les données empiriques établies nous ont permis d’entamer la phase descriptive et analytique de l’étude qui présente des écarts remarquables par rapport à la norme établie. Enfin, du point de vue synthétique, cette recherche nous a permis d’aboutir aux résultats suivants : D’abord, cette convocation d’un signifiant et évocation d’un signifié à l’emprunt au sein du dialecte algérien n’est que le produit du contexte et ses stratégies d’influence. Ensuite, ce rendement langagier et cette plasticité sémantique traduit non seulement un fait du langage mais aussi un fait de pensée, un sentiment linguistique de construction d’une représentation dans un espace intersubjectif, voire d’une identité sociale et linguistique des jeunes algériens et relizanais en particulier. Puis, même si leur compétence en langue(s) est insuffisante, leur seul intérêt c’est la richesse et la compétence communicative. De ce fait, au-delà de ce panorama langagier chez les jeunes algériens, nous avons jugé nécessaire d’ouvrir une brèche didactique pour intéresser un large public d’enseignants (FLE), de concepteurs des programmes, de parents pour une bonne maîtrise du français.-----------------------------------------------------------ABSTRACT : Our research project is entitled “SEMANTICS SWITCHES BETWEEN COGNITION AND UTTERANCES IN THE DISCOURSE OF STUDENTS”. The research is conducted within the scope of “Pragmatic and Cognitive Approach” whose major study field is the description and further analysis of speech acts in relation to facts of language. A collected corpus of utterances of a hybrid quality produced outside class by young Algerian students in the city of Relizane serves as research data. This corpus is being scrutinized to study the phenomenon of semantic switches. The purpose of the analyses is to trace to what extent the meaning that occurs in the utterances is related to the meaning fixed in the language units. We have tried to answer the following questions: How is meaning in use constructed? What cognitive processes generate the meaning in use? And what is the attitude of the utterance producer to the language use norm? From the start this project is supposed to draw a distinction between semantic variation and contextual plurality. This work falls into three parts: In the first part we concentrate upon theoretical background. From a theoretical point of view, our project is at the intersection of two main approaches: pragmatic and cognitive. Further we have tried to bridge the gap between language invariants and language variation. In this regard, we tackle the data from the perspectives of neurolinguistics and cognitive semantics applied to the linguistic and extralinguistic context. Methodology of the research is the following: eighty (80) subjects were examined during this study and three survey techniques such as observation, a registration and a questionnaire were used. These means enabled us to gather two hundred and ninety-seven (297) words and expressions constituting the linguistic material of our study. This corpus of empirical data allowed us shifting to the interpretative stage that is to begin the descriptive and analytical phase of the study. The results obtained revealed remarkable deviations from the established language use norm. On the whole, the research enabled us to conclude that (1) the convocation of a signifier and evocation of a signified within the Algerian dialect is only the product of the contextual usage and the discursive strategies. (2) This linguistic performance and this semantic plasticity speak for not only a fact of language but also a fact of thought, a linguistic “flair” of the representation construction in an intersubjective space, even of a social and linguistic identity of young Algerians and Relizan in particular. It is also evident that, even if the competence of young Algerians in language (s) seems to them insufficient, their only interest is wealth and communicative competence, that presupposes language skills. As a result, beyond this linguistic panorama among Algerian youth, we have found it necessary to speak of a didactic lacune to raise interest of a wide audience of teachers (FLE), program designers, and parents to help young Algerians to obtain a good------------ en_US
dc.language.iso fr en_US
dc.subject Mots-clés : Connaissances en langues, contextes, emprunt, glissement de sens, pragmatique, pratiques langagières des jeunes. en_US
dc.title LES GLISSEMENTS DE SENS ENTRE COGNITION ET ÉNONCIATION EN MILIEU ESTUDIANTIN APPROCHE PRAGMATICO-COGNITIVE en_US
dc.type Other en_US


Files in this item

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record

Search DSpace


Browse

My Account